Régie publicitaire
Deuxième trimestre: C’est aujourd’hui la rentrée PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Cameroon Tribune   
Lundi, 08 Janvier 2018 10:52

Les élèves qui sortent d’un repos festif savent que c’est le tournant le plus complexe et le plus déterminant. Ornéla Ikouga a raté son bus. Samedi dernier, elle retournait à la maison en trainant les pieds. Au guichet d’une agence de voyage, elle apprend qu’elle ne peut voyager qu’à 19h. Il n’est pourtant que 15h, mais il n’y a plus de places dans les différents bus programmés. On enregistrait à ce moment-là, les passagers du dernier départ de la journée. Ornéla Ikouga vient d’informer son père qui est catégorique : pas de voyage la nuit ! Il faut attendre le lendemain. La jeune élève du collège Libermann se montre abattue. Elle tente de convaincre son père : « Je n’ai pas fait tous mes devoirs. J’ai laissé les épreuves à Douala. Tu connais toutes les contraintes qui m’ont empêchée de rentrer en milieu de semaine », tentait –elle d’argumenter, visiblement sans succès. Dans les bus qui arrivent, débarquent d’autres élèves de retour des congés. Loïc Nedem est heureux du break qu’il a passé avec ses neveux à Edéa. Ils s’y sont retrouvés pour une fête familiale et l’occasion a permis de bien s’amuser pendant les fêtes de fin d’année. « J’avoue que j’ai un peu oublié les cahiers et les livres pendant ces deux semaines. Je compte reprendre la concentration dès ce lundi. Mais avant, je prendrai soin de ranger ma chambre et mes fournitures pour me remettre dans le bain ».

 

Les agences de voyages sont saturées et prêtent le flan à toutes sortes de filouteries. A Touristique, les hôtesses et autres employés veillent. Les prix sont restés les mêmes, affirme M. Lawal, un des responsables. Le nombre de voyages journaliers a aussi été maintenu malgré l’affluence. « Notre véritable problème reste les bouchons dans certaines artères de la ville », se plaint M. Lawal. Ailleurs, c’est à qui mieux-mieux et les chargeurs multiplient d’astuces pour profiter de la situation. Dans les établissements, les vigiles sont en poste. Celui du lycée de Nkol-Ndongo a fait la propreté aux alentours et dans la cour de l’établissement. Les enseignants sont formels : C’est un trimestre difficile parce que les leçons deviennent un peu plus complexes. Toutefois, « quand on garde l’attention, tout se passe bien », rassure Anselme Bidja, instituteur. C’est au cours du deuxième trimestre que la préparation aux examens prend sa vitesse de croisière, surtout pour les élèves du CMII qui font le concours d’entrée en 6e dès la première moitié du mois de mai. Alexendra Ego dit n’avoir pas relâché pendant le break. Elle est en Form Five dans un établissement anglophone où elle est inscrite depuis septembre. Dans ma classe, j’ai un double défi : « M’adapter et rattraper le niveau. C’es première fois de fréquent dehors de Bamenda. J’a un retard par rapport aux a Donc j’ai mis mes congés à et je me sens prête po deuxième trimestre», ass elle, confiante.

Share Link: Partager l'article: Google Yahoo MyWeb Del.icio.us Digg Facebook Myspace Reddit Ma.gnolia Technorati Stumble Upon Blogmarks Ask PlugIM Mixx MSN Live
 

Ajouter une réaction


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Journal de 20hrs

Mini journal TV du jour

Culture d'Afrique

Journal de l économie

La Tanière

Conversation

International

pub-ccc1

Vos Réactions