Régie publicitaire
Nouveau rebondissement dans l’assassinat du proviseur du lycée de Foumban PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 25 Octobre 2017 09:28

Le décès crapuleux du proviseur du lycée de Foumban le mois dernier, a provoqué des indignations et interrogations au sein de l’opinion publique. Alors que la famille est entrain de panser ses blessures, de nouveaux éléments de l’investigation déclenchée par Le Quatrième Pouvoir, refont surface.Froidement poignardé à son domicile dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 septembre dernier, l'assassinat de Mr ETOUNDI Charles alors proviseur du lycée Bilingue de Foumban continue d’alimenter les conversations.

Dans la suite de l’enquête ouverte par la rédaction du lequatriemepouvoir.com, il y’a quelques jours, il nous a été rapporté de sources bien introduites du dossier, que les commanditaires ont été mis aux arrêts contrairement à ce qui circulait dans les réseaux sociaux. Alors que la famille de M.Charles ETOUNDI, ex proviseur du lycée bilingue de Foumban, porte encore le deuil, certains individus ont vite fait de monter au créneau pour accuser l'épouse du défunt d'être la commanditaire de ce meurtre crapuleux.

C'est le cas d'un certain MOUSSA NJOYA qui a effectué un post hier lundi matin sur sa page Facebook indiquant que c'est l'épouse de ETOUNDI Charles, qui est à l'origine de la mort de son mari et que cette dernière séjourne à la DRPJ de l’Ouest. , écrit ce dernier, qui est considéré selon certaines langues dans son Foumban natal, comme un ivrogne.

Dans le souci de voir d’établir la vérité, LE QUATRIÈME POUVOIR a procédé à une vérification des faits. C'est ainsi qu'un de nos correspondants s'est rendu à la DRPJ de l'Ouest et a constaté que la dame en question ne s'y trouve pas. Aux dernières nouvelles, la concernée est chez elle à Yaoundé au quartier Damas où elle suit les rites de veuvage malgré son état de santé précaire.

Selon nos sources, qu’une plainte a en effet été déposée au Secrétariat d’Etat à la défense, contre le sieur MOUSSA NJOYA, qui s’est rendu coupable de diffamations graves, accusant L'épouse du proviseur être responsable de cet assassinat à travers des publications sur Facebook Lundi dernier. « Pour une femme qui a fait plus de 30 ans de vie commune avec son mari, c'est rocambolesque, et terrible de constater que des individus mal intentionnés prennent plaisir à colporter n’importe quoi sur une famille endeuillée » mentionne des sources proches de la famille.

De nombreuses interrogations pleuvent dès lors. Qu'est ce qui justifie l'attitude diffamatoire de M. Njoya qui ne s'est jamais penché sur la première thèse de xénophobie pour se muer plutôt en "Moriati" de l'information ?

Pourquoi ce dernier n'a jamais mentionné que l'un des présumés assassins serait un membre de la famille royale bamoun ? Pourquoi ce doctorant n'a jamais fait une sortie pour dire que le lendemain du jour où le proviseur fut tué ses bourreaux sont revenus à son domicile pour essayer d'agresser sa famille qui n'a eu la vie sauve que grâce à l'intervention des forces de sécurité qui y ont séjourné jusqu'à ce que la famille quitte la ville ? Tout ce qu'il a pu nous produire comme preuve c'est un selfie devant le palais royal. À l'heure où non écrivons ces lignes, une plainte sera adressée dans les prochains jours au sieur Moussa NJOYA.

Vivement que le résultat des enquêtes des forces de l'ordre soit connu pour élucider cette affaire. Face à ces révélations, il est clair que cette affaire qui a suscité un émoi national trouvera dans les prochains jours, des éclaircissements face à cette flambée de la désinformation qui courre auprès de la famille et jette du discrédit à leur entourage.

Share Link: Partager l'article: Google Yahoo MyWeb Del.icio.us Digg Facebook Myspace Reddit Ma.gnolia Technorati Stumble Upon Blogmarks Ask PlugIM Mixx MSN Live
 

Ajouter une réaction


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Journal de 20hrs

Mini journal TV du jour

Culture d'Afrique

Journal de l économie

La Tanière

Conversation

International

pub-ccc1

Vos Réactions