Régie publicitaire
Les VRAIS BETI disent NON au tribalisme sous toutes ses formes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par cameroon-info   
Lundi, 06 Mai 2013 10:17
Yaounde6N’est-ce pas là une grave erreur de tomber dans le piège de ceux qui sont partisans d’une poussée de ressentiments ethniques au Cameroun ? Nous les BETI devons éviter de perdre de vue notre grande valeur qui a toujours été d’être un peuple accueillant, hospitalier, généreux et tolérant vis-à-vis des autres cultures. Nous attendons des artistes, journalistes, intellectuels, enseignants, autorités religieuses BETI de se comporter d’une manière à ne pas produire une image qui engendrait ou accélérait la poussée des ressentiments ethniques au Cameroun. Apparemment certains individus de l’élite BETI ne comprennent pas les devoirs qu’ils ont à assumer vis-à-vis de la masse. Ils manipulent et utilisent le public pour leurs propres intérêts au lieu de jouer le rôle « faiseur de paix ». Des vidéos néo-tribalistes font le tour des réseaux sociaux et salissent l’image de ce que sont les VRAIS BETI. Sur les plateaux de discussion, au niveau de la scène politique, dans les universités, sur les réseaux sociaux et sites web, on se comporte comme si « propager des propos tribalistes » nous redonnerait la place dont on mérite dans ce pays. Il est temps de réagir d’une manière efficace à la dérive ethnique et pointer du doigt le nœud du problème BETI.

=> http://www.youtube.com/watch?v=DKSYuzHy8Oo

Nous sommes tous unanimes que ce n’est pas en conservant à tout prix le pouvoir politique que le peuple BETI sortira de la situation désastreuse dans laquelle elle se trouve. Ce n’est non plus à travers des campagnes néo-tribalistes, des abus et dérapages publics que ce peuple résoudra efficacement ses problèmes sociaux dus au manque de perspectives de développement.

A ma connaissance, les VRAIS BETI, malgré qu’ils soient parfois explosifs, n’affichent pas des comportements qui vont directement contre le respect de la dignité humaine. L’émancipation de la femme BETI ne demande-t-elle pas aussi que les femmes se protègent entre elles ? Comment est-il possible qu’une femme BETI, qui est supposée être digne et noble, tienne des propos publics qui nous donnent envie de vomir ? Quelle éducation donnons-nous à nos enfants lorsqu’on se permet d’insulter d’une manière grossière et devant des millions de personnes une maman ? N-est-ce pas là une diffamation et instrumentalisation du peuple BETI ? Au nom de qui ces partisans du néo-tribalisme parlent ?

Il est bien vrai que nous vivons une dépravation des mœurs dans notre cher pays le Cameroun, mais étant moi-même un BETI qui lutte pour la préservation de la culture EKANG, je suis convaincu que ce qui ressort du comportement de ceux qui prétendent de vive voix défendre la cause BETI par des comportements maladroits n’est pas représentatif. Nous sommes un peuple tolérant qui accepte cohabiter dans la paix avec les autres peuples. Etant moi-même père des enfants issus des cultures différentes, c’est mon plein devoir de montrer le carton rouge à toute personne qui par ses actes soutient la poussée des ressentiments ethniques au Cameroun. C’est vrai qu’il faut savoir aimer ses origines ou savoir se défendre mais il ne faut pas exagérer. Nous avons tous le devoir de défendre l’intérêt commun et de résoudre nos problèmes interculturels sans pour autant s’acheminer vers une lutte tribale ou un bain de sang.

C’est donc une grande richesse humaine d’avoir la capacité d’aider son prochain ? Si d’aucuns sont d’avis que « les bamilékés qui ont reçu l’aide des BETI ne sont pas reconnaissants aujourd’hui », ce n’est pas à travers des attaques tribalistes que les BETI manifesteront leur mécontentement. Si « les bamilékés rendent coupable le peuple BETI de la situation camerounaise », c’est certes une grande ignorance qui vient remettre en cause la cohabitation au Cameroun, mais les BETI doivent impérativement opter pour un autre chemin pour faire face à cette ignorance.

Quelle est donc la voie à choisir par les BETI afin de mieux se préparer pour le « Cameroun de Demain » ? Devons-nous argumenter ou agir de la même manière que ces hommes et femmes « avertis » qui instrumentalisent l’opinion et animent les débats avec des thèses qui provoquent ou accentuent directement la haine entre les différentes ethnies camerounaises ?

La vraie réponse à la poussée des ressentiments ethniques venant de tout côté est de booster l’excellence BETI. OUI, nous les BETI avons le devoir de devenir excellent.

J’en ai marre de cette suffisance BETI ! Croire que nous avons les choses en main au Cameroun c’est méconnaitre le vrai fond du problème. J’en ai marre que nous fermions les yeux sur les vrais problèmes pour se livrer à l’instauration d’une idéologie nouvelle qui prépare du terrain à toute forme de tribalisme qui provoquera une guerre tribale. Je ne crois pas que ce soit le chemin que choisiront les patriotes EKANG. Boostons notre excellence pour répondre efficacement aux problèmes du temps !


1.- Booster notre excellence c’est pratiquer la solidarité moderne

Si nous échouons c’est tout simplement parce qu’on l’aurait voulu ou parce qu’on aurait été indifférent aux appels solidaires. Une fois de plus, j’incite la communauté BETI à comprendre comment le monde moderne fonctionne. Le développement ne peut s’en passer de la solidarité moderne. Ce que je comprends par celle-ci exige de sortir du cadre de la suffisance pour appréhender les problèmes de développement avec plus de dynamisme et de volonté de réussite collective. La suffisance BETI, cette manière de vivre une illusion depuis des décennies, continue à nous enfoncer dans un trou dans la mesure où la machinerie économique ne se trouve pas entre nos mains. Pourtant c’est l’économie qui décide et dicte la direction à suivre. « Avoir le pouvoir politique entre nos mains » est une grande illusion que nous vivons et qui nous retire la vitalité nécessaire pour résoudre nos problèmes vitaux. De ce fait, c’est tout un ensemble qui est appelé à sortir de cette illusion grâce aux initiatives collectives d’amélioration de la vie commune.

N’est-il pas alarmant que des initiatives de grande valeur naissent au Cameroun pour favoriser l’éclosion des régions et populations mais ce peuple BETI ou EKANG se plait toujours dans son rôle d’observateur, où chacun est soucieux de préserver seulement ses intérêts ou ceux de sa famille ? N’est-il pas alarmant de réclamer le leadership ou de vouloir à tout prix le conserver sans toutefois manifester une volonté de résoudre les vrais problèmes qui minent le peuple BETI ?

Pour moi le néo-tribalisme qui s’installe progressivement chez les BETI constitue un alibi pour nos échecs, notre manque de volonté de s’intégrer efficacement dans ce monde en pleine mutation.

Les BETI doivent comprendre que le monde évolue grâce aux hommes et femmes qui s’engagent à améliorer notre vie quotidienne. C’est par leur engagement que la société dans laquelle nous vivons devient dynamique et offre des perspectives profitables pour bon nombre de nous.

Même le monde industrialisé ne prône pas l’individualisme que les BETI croient être le meilleur chemin pour accéder à un meilleur rang social ou de le conserver. L’indifférence à la construction commune et à la participation est une manière qui ne fait pas avancer ce peuple guerrier, et qui le rend fragile face aux autres peuples. Il faut agir ensemble pour édifier des œuvres qui auront des implications positives sur la vie au Cameroun.

On ne saurait donc substituer notre vrai défi par une nouvelle idéologie tribale qui menace de faire exploser tout le Cameroun.

Depuis belle lurette, le Mouvement Nkul Beti incite les BETI à collaborer ensemble ou à gérer d’une manière intelligente leurs efforts. Dans le monde industrialisé, nous vivons une renaissance : on se partage la voiture, la maison, les vêtements, les chaussures, les jardins, on crée des centres de créativité ensemble, on se finance les projets par la participation de la masse… En un mot, dans les pays développés, nous vivons le retour en masse aux principes de coopérative, de collectivité… une forme de communautarisme moderne. L’individualisme n’est plus à l’heure. « Le moi », « je suis riche », « ma voiture » et autres formes d’égoïsme sont en perte de valeur. Le défi pour survivre dans ce « Cameroun de Demain » est d’agir main dans la main afin qu’on soit en mesure de financer les porteurs de projets qui créeront eux des emplois locaux, et indirectement les familles profiteront, les enfants pourront visiter les écoles. Apprenons à dynamiser notre société !

Les BETI doivent se mettre au-dessus de leurs protagonistes de l’ouest du Cameroun pour accentuer leurs efforts en ce qui concerne le développement. Celui-ci n’est pas une question de maraboutage, il faut mettre l’égoïsme de côté, s’unir pour se créer des opportunités plus rentables. Les autres peuples du Cameroun ne constituent pas notre vrai défi mais plutôt le chemin de la productivité, qui demeure la méthode la plus efficace de créer des perspectives pour les populations. Ce chemin mérite d’être soutenu aussi minimes que soient les participations ! Les acteurs du néo-tribalisme doivent plutôt utiliser leur potentiel pour donner un nouveau souffle à ce peuple BETI qui attend en vain la prospérité.


2.- Booster notre excellence c’est reconnaitre les champs de bataille actuels

En tenant compte de la constellation géopolitique et géoéconomique du Cameroun, la meilleure manière de ne pas se laisser écraser, dominer ou avaler par d’autres peuples est de se mettre au travail en redonnant une valeur au patriotisme local. Il n’est pas question de faire du Cameroun un bain de sang mais plutôt un pays où les localités bénéficieront en grande partie de leur autonomie.

Nous l’avons déjà dit et nous le répétons ici : Le champ de bataille actuel est l’acquisition de la compétence et l’atteinte de l’excellence. Nous sommes convaincus que dans le « Cameroun de Demain » les plus excellents dirigeront le Cameroun. C’est le groupe qui sera plus excellent qui conditionnera la politique camerounaise et non ceux qui détiendront le pouvoir politique. Pour aller loin plus, les détenteurs du pouvoir politique de demain seront les « marionnettes » de ceux qui se seront mieux préparés en devenant plus excellent.

C’est donc une légitimation, voire même un devoir absolu des BETI d’être plus compétitifs dans les domaines précieux tels que l’organisation, la production, la technologie, la communication et les innovations sociales. Cette légitimation nous rend plus excellent et permet de reconquérir le domaine économique si précieux. Les grands enjeux futurs (géopolitiques et géoéconomiques) seront gagnés par ceux qui seront mieux organisés à travers des mécanismes de survie liés aux activités économiques et à l’entreprenariat.

D’où la nécessité pour les BETI de créer des organes faîtiers qui apportent à leur niveau, des solutions aux problèmes micro, meso et macroéconomiques, dans un cadre différent d’aide et de support, afin que ceux qui sont animés de dynamisme, d’ambition, de modernisme, d’excellence et de volonté farouche de réussir dans la société BETI, aient des repères, des maisons d’accueil et de soutien. Les BETI doivent se soumettre à l’obligation des compétences et des résultats, pour créer des dispositifs qui promeuvent des individus, des groupes, des associations, des initiatives, des écoles, des hôpitaux, des entreprises étatiques et privées, etc.

Pour conclure, j’appelle les BETI de se concentrer sur leurs vrais problèmes. La voie du tribalisme, de la suffisance, du non-respect de la dignité humaine, de l’indignation, de la dépravation des mœurs etc. n’est pas tolérable. Ce serait une très grande honte si le néo-tribalisme trouve vraiment écho chez ce peuple tolérant. En tout cas le sang EKANG qui circule dans mes veines me pousse à opter pour la tolérance et le dialogue des cultures.

Ecrit par Maurice Ze
Coordinateur du Mouvement Nkul Beti
Share Link: Partager l'article: Google Yahoo MyWeb Del.icio.us Digg Facebook Myspace Reddit Ma.gnolia Technorati Stumble Upon Blogmarks Ask PlugIM Mixx MSN Live
 

réactions  

 
0 #2 sami etoga 12-05-2013 15:20
LA QUESTION AU PREALABLE EST CELLE-CI:COMMENT EST COMPOSEE UNE NATION? répondre à celà est le meilleur moyen de TORDRE le COU à ce VILAIN MOT "le tribalisme"(tribus) oui une nation un pays est composé de groupes ethniques on le voit dans tous les nations du monde (en FRANCE bretons auvergnats bordelais sarvoyards etc... mais nous au CAMEROUN on aime mettre en avant son appartenance et cela nous fait perdre du temps et nos adversaires de l'extérieur jouent dessus pour nous dresser les UNS contre les AUTRES alors méditons ensemble le pourquoi nous passons notre temps à croire et à penser que "chez les autres c'est mieux que NOUS!
La voix du citoyen
Citer
 
 
0 #1 omgba 11-05-2013 22:22
N'ayant pas pu voir la vidéo ont le lien figure dans le texte, cet article laisse penser que le BETI serait dans une posture tribalisme aujourd'hui. Lui qui jadis accueillit d'autres tribus dans une attitude non pas de "suffisance" mais de fraternité. Ne serait-ce pas une réaction à la charge tribaliste et la stigmatisation dont ils (BETI) sont l’objet ? Cet appel à la tolérance ne vaut-il pas pour les autres aussi ? Peut-on rester tolérant face à une adversité organisée de certains ? Qui défendra les BETI ? Le peuple BETI ne sait que trop qu'il n'a pas le pouvoir politique contrairement à ce qui est dit, ses regions sont des oubliées des politiques publiques il ne s'agit pas là de sa "suffisance" ce peuple est sacrifié par les préoccupations politiciennes de l'un de ses fils et ne bénéficie de rien ! Mais est montré du doigt.
Pour le reste, booster notre excellence tout à fait en phase avec vous
Citer
 
 

Journal de 20hrs

Mini journal TV du jour

Culture d'Afrique

Journal de l économie

La Tanière

Conversation

International

Stat. des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui21600
mod_vvisit_counterTotal27821954

Maintenant en ligne : 204 invité(s) 

pub-ccc1

Vos Réactions